[Etude] Dépenses de R&D : comment se positionne la France par rapport aux autres pays de l’OCDE ?

Le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a publié récemment une note sur le panorama de l’effort de R&D dans le monde. Les données sources proviennent de l’OCDE : « Principaux indicateurs de la science et de la technologie ».

Deux indicateurs sont mis en avant dans cette étude : l’effort de recherche (calculé en divisant l’ensemble des dépenses de R&D au produit intérieur brut -PIB- d’un pays) et le niveau de la dépense intérieure de R&D. Prenant en compte les données sur l’année 2017, l’indicateur effort de recherche positionne en tête la Corée du Sud : ses dépenses de R&D représentent 4,55 % de son PIB. L’effort de recherche du Japon s’élève à 3,21 %, aux États-Unis il est de 2,79 %, la France reste à la traine avec un effort de R&D de 2,21 % (alors que le pays a pour objectif d’atteindre 3 % à l’horizon 2020), en très léger recul par rapport à 2016. La moyenne de l’Union Européenne se situe à 1,97 % et à l’échelle de l’OCDE, à 2,37 %.

En termes d’investissement en R&D, les États-Unis sont en première place avec 543 Md$ PPA, suivis de la Chine (496 Md$ PPA) et de l’Union Européenne (430 M$ PPA). La France occupe le cinquième rang de l’OCDE.

A noter que l’augmentation générale des investissements en R&D concerne en priorité le secteur des entreprises (+5% par rapport à 2016, seulement +1,7 % en France) et non les administrations. Ainsi, les entreprises concentrent plus de 70% de l’ensemble des dépenses de R&D dans les pays de l’OCDE en 2017.

Dans le secteur industriel, les dépenses de R&D dans la branche pharmaceutique en particulier, connaissent une montée en puissance marquée de la Chine, qui double sa part entre 2010 et 2016 (de 7 % à 14 % des dépenses pharmaceutiques de l’OCDE), au détriment des Etats-Unis qui conservent toutefois une longueur d’avance avec 63 % des dépenses pharmaceutiques de l’OCDE en 2016. Le secteur des TIC est trusté par les Etats-Unis (37 % des dépenses), la Chine (27 %) et la Corée du Sud (14 %). Seul pays européen ayant un certain poids dans les dépenses de ces deux secteurs clés, l’Allemagne compte 6 % des dépenses pharmaceutiques et 5 % des dépenses du secteur TIC. La France est en revanche bien placée (2nd rang) concernant les services, avec 9 % des dépenses, loin toutefois des 54 % des Etats-Unis.

En termes d’emploi, avec près de deux millions de chercheurs (en équivalent temps plein), l’Union Européenne rassemble le plus grand nombre de chercheurs, devant la Chine (1,7 million) et les États-Unis (1,4 million en 2015). L’étude montre par ailleurs que la Chine, la Corée du Sud et le Japon regroupent la moitié de leurs chercheurs en entreprise.

Dans ce contexte, et afin d’améliorer la place de la France, la stabilité de dispositifs comme le CIR est primordiale.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *