Premières mesures en faveur de la recherche

Frédérique Vidal donne le ton des premières mesures pour soutenir la recherche et améliorer les taux de succès des appels à projets ANR

Cet été l’administrateur général du CEA s’est fait l’avocat du CIR dans une interview au Figaro : le CIR « est le seul dispositif de grande ampleur incitant les entreprises à travailler avec des organismes publics de recherche pour la recherche appliquée ».

On a retrouvé le même son de cloche dans le discours de Frédérique Vidal le 11 septembre, en visite à l’Université Pierre et Marie Curie.

Parmi les ébauches de mesures annoncées par la ministre, la volonté de favoriser la recherche partenariale entre les entreprises et la recherche publique, avec la volonté de doubler sur le quinquennat la part des financements de R&D que les entreprises vont confier aux laboratoires publics en France.

Le CIR sera-t-il mis à contribution dans cette politique ?

Parmi les autres axes annoncés, la ministre a confié qu’une augmentation du budget de l’ANR de plus de 5% était prévue, afin de restaurer des taux de succès plus élevés. L’essentiel de cette augmentation portera sur l’appel à projets générique.

Plus de simplification sera aussi au programme : l’ANR interviendra dès 2018 par le biais d’appel à projets beaucoup plus simples par une entrée par champs disciplinaires.

Plus globalement, les universités pourront bénéficier d’une plus grande autonomie en termes de formation et d’accompagnement, et les laboratoires publics verront leur budget de fonctionnement augmenter de 25 millions d’euros.

La ministre a clairement défini la trajectoire qu’elle souhaite donner à la recherche et à la formation française : libérer et protéger.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *