[Rapport] Publications : la France recule de la 6ème à la 9ème place mondiale entre 2005 et 2018

Le HCERES (Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur) a publié le 23 février 2021 son 3ème rapport sur le positionnement scientifique de la France en Europe et dans le monde.

L’OST (Observatoire des sciences et techniques) du HCERES qui a pour mission d’accompagner les parties prenantes de la recherche et de l’enseignement supérieur dans leur réflexion stratégique, livre ainsi son analyse et ses recommandations.

Part mondiale des publications scientifiques des 20 premiers pays, %, 2005 – 2018

Dépassée successivement par l’Inde, l’Italie, puis la Corée du Sud, la France est en 2018 le 9ème pays publiant le plus dans le monde (6ème en 2005). La Chine a doublé les Etats-Unis en 2018. Les deux puissances se partagent donc la tête du classement, suivies fidèlement par le Royaume-Uni, l’Allemagne et le Japon. Ce dernier connait le plus fort recul de sa part mondiale (-45%) parmi les 20 pays du classement, la France enregistre le 2ème plus fort recul (-33%), puis viennent les Etats-Unis (-34%). Cela s’explique en partie par la forte hausse des publications des pays émergents. Ainsi les performances de la France se détériorent en termes de nombre de publications, mais aussi d’impact (citation des publications). En effet, la France est passée entre 2013 et 2018 de la 5ème place à la 8ème sur le classement des publications les plus citées.

Profil disciplinaire spécifique de la France

L’OST rapporte que la France est spécialisée dans des domaines qui ne sont pas ceux qui publient le plus à l’échelle mondiale. En effet, alors que la France se concentre sur l’étude du passé humain (histoire et archéologie), les mathématiques et les sciences de l’univers, les domaines les plus dynamiques sont Vie & Santé et Sciences & Technologies. Cependant la France est aussi spécialisée en « Individu, Marché et Organisation », un des domaines dont les publications ont le plus progressé. Ainsi le profil disciplinaire de la France expliquerait en partie son recul dans le classement.

Diversité des régions

              Le faible dynamisme des publications concerne l’ensemble du territoire. Toutefois, le rapport met en lumière les régions Occitanie, Hauts de France et Bretagne qui enregistrent une progression de leur participation dans le nombre de publications en France. Cependant, l’Ile de France et Auvergne-Rhône-Alpes restent toujours en tête, malgré un léger recul.

Le rapport de l’OST présente également le positionnement de la France dans l’Europe et distingue la contribution des différents acteurs.

Source 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *